Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

RUBRIKAT

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com Fichier hébergé par Archive-Host.com


Fichier hébergé par Archive-Host.com 


Fichier hébergé par Archive-Host.com 


Fichier hébergé par Archive-Host.com 


Fichier hébergé par Archive-Host.com


Fichier hébergé par Archive-Host.com

SUPLEMENTE


'AMARUS'

( klikoni mbi imazhet më poshtë )

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 


Fichier hébergé par Archive-Host.com
 

 


  Fichier hébergé par Archive-Host.com   



Fichier hébergé par Archive-Host.com  



Fichier hébergé par Archive-Host.com  


Fichier hébergé par Archive-Host.com


Fichier hébergé par Archive-Host.com 

 Apartament-me-qera-Vlore.jpg
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 19:20
La-fille-nue-de-la-mer.jpg
 
VAJZA NUDO E DETIT


Shqipëroi Simbad Detari
 
‘Legjendat janë të nevojshme, nga që jeta është e shëmtuar. Një gënjeshtër e bukur, është me e besueshme se sa e vërteta më verbuese. Jeta e vërtetë, nuk është ajo që shohim, por ajo që kërkojmë të njohim'
 
Disa legjenda jetojnë në shekuj, pa humbur asnjë grimë, nga fuqia e tyre përgjithësuese. Kjo ndofta, ndodh nga që ato u japin përgjigje pyetjeve trazuese rreth sekreteve tona të fshehta, ose nga që në thelbin e tyre qëndron një e vërtetë e madhe. E tillë është ngjarja që përshkruhet në romanin ‘Një vajze nudo” të shkrimtarit grek, Nikos Athanasiadhis. Në të rrëfehet për dashurinë e një vajze me nje delfin, në ishullin Mitelin, në Greqi. Është një histori e bukur e cila kthehet në dramë, nga që një person i tretë që i nuk i njeh aspak misteret e detit, ndërhyn dhe e prish atë idil duke e kthyer në një tragjedi. Por, kjo është punë tjetër, nga ato punët e ngatërruara të dashurisë. Ajo çka është thelbësore në këtë roman,  qëndron në historinë e një dashurie pa kufij. Dashurisë mes një delfini dhe një qenie njerëzore, gjë e cila nuk na habit e as na bën të nënqeshim, por ta besojmë dhimbshëm, si të tillë.
 
Miqësia me kafshët është një nga ëndrrat dhe afeksionet më të mëdha të njerëzimit. Kjo, jo nga ideja e gabuar që shpesh na bën të besojmë se kafshët kanë ndjenja njerëzore, por për një arsye tjetër të vërtetë, ajo e cila e bën njeriun të thyhet para tyre, duke kaluar kufijtë e çdo iluzioni që na shtyn të besojmë se në thelb, kafshët nuk janë gjë tjetër veçse refleksi ynë i deformuar. Ta kalosh këtë iluzion, të biesh në dashuri me një delfin, kjo gjë kërkon së pari të harrosh botën ku jeton, të harrosh tokën, sterenë. Kjo është sigurisht, diçka që ngjall dyshime e që na fut frikën e luajtjes nga mendtë si edhe vajtjen e sigurtë drejt vdekjes.

Naiadat dhe Sirenat, këto krijesa që qëndrojnë mes botës së njerëzve e të ujërave kane mishëruar në shekuj, pikërisht mirazhet dhe rreziqet e përplasjes së dy botëve. Këngët, thirrjet, gjuha e tyre, janë sinonime të vdekjes. Ato i ndjellin njerëzit drejt një universi, i cili është i huaj dhe asfiksues për ta. Viktimat e Nerediave dhe Sirenave, fillimisht luajnë nga mendtë e më pas vdesin. Të vetmit që arritën ta mposhtin atë gjemë të pashmangshme, qenë ata që harruan fjalën e nisën të këndojnë. Arion, Orfe, me lirat e tyre i magjepsën delfinët dhe kafshët e steresë dhe arritën ti fusin të gjallë, ne mbretërinë e ndaluar të detit dhe vdekjes. Arion qe nga Mitilena dhe ishte pikërisht atje që një orakull zbuloi kokën e prerë të Orfeut, ruajtur mrekullisht nenë rërë. Mitilena, Lesbosi antik, vazhdon edhe sot e kësaj dite, të jetë një truall i privilegjuar legjendash, një vend martesash shekullore mes njeriut dhe detit ...

Ata që e njohin këtë ishull do gjejnë atje, pa vështirësi, vendet ku qëndronte një vajze nudo: brigjet e shkreta ku Thomai dhe vajza e tij, Anxhela kishin ndërtuar kasollen e tyre, pyllin e shndërruar në gurë. Atje afër Sigrisë, ku prehen trungje pemësh shndërruar në shkëmbej. Por, megjithatë, këto vende sado pranë legjendave qofshin, nuk luajnë ndonjë rol të veçantë. Sepse, është deti, ai që përben personazhin kryesor të këtij libri. Është deti, kreshtat e tij, dantellat e shkumave, kreshtat e argjenda të delfinëve, miqve eternele të njerëzve. Dihet tashmë, jo më nga legjendat por nga studimet shkencore, rreth inteligjencës së delfinëve, kureshtjes dhe afinitetit të tyre ndaj njerëzve, rreth gjuhës së tyre prej së cilës zbulojmë mistere të mahnitshme. Angela, e dashuruar pas delfinëve qysh në fëmijëri, përpin çdo lloj rrëfimi e legjende që peshkatarët tregonin për ta. Një herë, një delfin kish shpëtuar një peshkatar dhe e kishte çuar të gjallë në beg, ndërkohe që ky i fundit qe duke renë pré e një peshkaqeni. Një tjetër delfin ish miqësuar aq shumë me një tjetër peshkatar, sa që çonte drejt rrjetave të tij, tufa peshqish pafund. Pikërisht, këto rrëfime, në kohë u transformuan dhe u plotësuan me të tjera histori. Por, kjo, s’ka rendësi. Rendësi ka që ky libër i cili i kushtohet një vajze e cila na hap portat e një imagjinate magjepsëse e të pafund, të një bote të re, asaj të detit. Ai rrëfen historinë e një miqësie të humbur, në terrin e kohërave e sot të rigjetur ...

 
Préface du roman 'Une jeune fille nue' de Nikos Athanassiadis



KOMENTE
 
SIMBAD

Ata që duan detin,duhet ta lexojnë patjetër,këtë libër. Është vërtet një vepër arti e bile unë nuk do ta ekzagjeroje te thosha, se behet fjale për Dashurinë ku Natyra e egër i kundërvihet natyrës ku njeriu ka venë dorë. Nga e para ka lindur e dyta, natyra, ku jeton njeriu te cilin e karakterizon cilivizimi e qe bie ne dashuri me origjinën e tij dhe dëshiron te beje atë te tijen. Origjina fshihet te Fillimi dhe fillimi, kërkon gjithmonë origjinën për ti dhenë e për ti kthyer asaj, energjinë e tij te posedimit duke i shkaktuar rrezikun e shkatërrimit. Thomaj është ne dileme mes Dashurisë për Elisen e zgjuar dhe Aristokrate e dëshiruar, Dashurisë për trupin, për fizikun, gjallërinë e Anxheles, dhe vajzës se detit qe njeh "gjithë skutat e botes ku yjet bien nga qielli, aty ne xhixhivallen e madhe ne fundin e detrave". Sepse, ne i përkasim detit e është ai qe i jep jete gjithçkaje. Kështu, deti dhe Anxhela, nuk janë gjë tjetër veçse i njëjti personazh. Thomaj gjen te Anxhela origjinën e tij, i cili është deti, ai e dashuron atë me gjithë shpirt por, është kafsha ajo qe behet rivali i pasionit te tij dramatik e qe do ti ndaje ata përgjithmonë dhe pse mes tyre, ekziston nje dashuri e thelle dhe e dyanshme. Thomaj, ne dëshirën e tij për ti rregulluar punët e universit te tij, preferon me mire te shkatërrojë se sa te dashuroje.
 
Për rrjedhoje duket se qytetërimi, me sa duket nuk ndodhet aty ku jetojnë njerëzit, por ne afrimin e krijesave te biosferës, biodiversitetit, si gjera qe bashkojnë njeri – tjetrën e janë te lidhura ne mënyrë te padukshme, prej ligjeve te Natyrës. Është pikërisht këtu qe e kap fillin e librit Nikos Athanassiadis, duke u bere përçues i kuptimit te mitit qe bashkon ne mënyrë te pashqitur lidhjet mes biosferës, biodiversitetit dhe sistemeve te tjera qe kane te bëjnë me to. Autori ve theksin ne mënyrë te veçante, ne respektin ndaj vetvetes e për te tjerët, gjë e cila bën te mundur hapjen e zemrës dhe shpirtit ndaj gjithçkaje qe përben origjinën tone. Është pikërisht, këtu, edhe shenjtëria e jetës.
 
Ca pika uji te kripur.
Kush e di, ndofta janë lotët e detit ato qe derdhim kur ne qajmë, apo ndofta djersa e trupit tone nene diellin përvëlues te ishujve apo bluja e pafund qe ngjyen qiellin me reflekset e saj ?
 
Origjina fshihet tek Fillimi …
 
Te përqafoj me emocionin e leximit te kësaj parathënie.
 
Vajza e Detit - CCC



Lumieres-sur-mer.jpg


UJE DHE DRITA

Foto nga Claude Chatron-Colliet


Published by Simbad - dans Prozë
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 17:18

Fichier hébergé par Archive-Host.com


'... Ndodhi që të jem lindur pikërisht atëherë, kur sapo pati nisur udhë gjysma e dytë e Shekullit të Njëzetë. Lindje fatale, në mes një shoqërie mizore. Im atë, fare i ri, me kërshërinë e Dantes trokiti në portat e Ferrit, ndonëse i ishte ofruar atij Parajsa Komuniste. Eci kështu ai nëpër dekada, së bashku me shokët e tij, herë shtigjesh të përflakur, herë të shkrumbuar, duke pritur ankthshëm mbërritjen time. Dhe unë s'vonova e beha një ditë. U pamë rrallë, tek rrokulliseshim poshtë, humnerave të pafund. Më pas, ne e humben njeri - tjetrin përgjithmonë. Sot, tek endem nëpër Paris, Londër e New -York, shpirtrat e tyre të linçuar, më faniten përmes ndriçimit të rremë të Qytetërimit ...'.

(Shënim i kopertinës së pasme të romanit 'Gjuetia e Pëllumbave' të Henrik S.G.) 


"GJUETIA E PELLUMBAVE" 
NJE ROMAN 'NDRYSHE' ...

Nga Simbad DETARI

 ... Nuk e di pse, kur u ndamë me Henrik S.G. në La Rochelle, e kur ai më la në duar një qese katrore prej letre, me dy romanet e tij të fundit brenda saj, ndjeva si të mbaja diçka, me peshë të rendë plumb. Edhe sot e kësaj dite, e kam të gjallë atë ndjenjë të çuditshme, rrëqethëse, ndërkohë që ata ishin vetëm dy romane voluminozë, por gjithsesi jo aq sa për të më tronditur keqas; njëlloj si të kisha mbi krye një barrë sfilitëse, tamam si Guri i Sizifit. Më pas, për fatalitet, për dreq, për providencë a diçka tjetër të pashpjegueshme, kuptova se ajo qese letre që ai  më kish lëshuar në duar, ishte vetë jeta e tij. Por, jo një jetë sidokudo, e jo thjesht ajo e një individi, në kohë e rrethana të caktuara. Ishte diçka, shumë më tepër, e cila pasi kish torturuar keqas të zotnë, po vepronte tashmë, po me të njëjtin efekt, tek unë. Pastaj, ky sentiment, më shoqëroi edhe në njëzetë a tridhjetë faqet e para e më pas, më mbajti mbërthyer, gjer në fund të leximit të tij.

Pse ta mohoj, ishte diçka e cila fillimisht, (siç na ndodh rëndom kur lexojmë krijime që dalin jashtë së zakonshmes e na shtyjnë të mendojmë, vepra e autorë të mëdhenj), herë - herë më kujtonte romanin 'Pavijoni i kancerozëve' të Solxhenicin por, gjithsesi, jo me realitetin, logjiken dhe filozofinë e të shkruarit të tij. Ky ishte gjë tjetër, një roman 'ndryshe'; ishte pikërisht ai i Henrik S.G. dhe krahasimet, nuk shkonin hiç. Ishte një kalvar, ta lexoje atë ! Rrëqethës, vrasës, poshtërues dhe lavdërues. Sa hyjnor po aq edhe diabolik. Me të Keqen e pashmangshme dhe të Mirën universale njerëzore. Dhe, ishte pikërisht duke e lexuar atë gjer në fund, që unë mësova se kush ishte 'misteriozi' Henrik S.G. Dhe fola me të. Jetova, vuajta, bisedova, u tmerrova, u ngazëlleva, qava e qesha. Tamam sikur ta kisha njohur në vite. Sikur të qemë rritur në të njëjtën rrugicë lagjeje, si të kishim vuajtur bashkë, si të kisha qenë dhe unë, në mos me të -me hijen e tij- aty në kampin e përqendrimit në Spaç, te 'Kumbulla'.

Pra, ishte nëpërmjet atij romani që unë kisha mundur të dekriptoja jo vetëm veprën letrare si të tillë, por gjithë tragjedinë, personazhet dhe filozofinë e tij, duke gjetur kështu çelësin, për të hyrë në një portë të fshehtë, ku do të zbuloja personalitetin e njeriut - shkrimtar. Dhe, keshtu, përgjigjen e pyetjes sime të hershme, se kush qe pra, ai, ‘misteriozi’ Henrik S.G., ç’të veçante kish, ku, në ç’forcë e në ç’mendje fshihej ajo mrekulli të shkruari, e mora, prej vetë heroit të tij kryesor i cili duke folur për veten, diku, thotë:

'...Tek AI, butësia e shpirtit dhe ndjenjat delikate, ndërthureshin me vrazhdësinë e karakterit të tij, me hovin e papritur, të papërmbajtur. Foshnja e ëmbël, brenda tij, shpesh binte në gjumë e i linte vendin burrit të vrazhdë e arrogant. Ndonëse dukej i qetë me heshtjen e tij të gjatë e të thellë, një luftë e pashuar flakëronte brenda tij. AI që godiste aq hidhur e pa mëshirë të ligën, dinte të ledhatonte aq ëmbël mirësinë. Dashurohej dhe jepej, me gjithë forcën e shpirtit të tij, ndaj njerëzve të ndershëm, të vendosur për ta jetuar jetën vetëm me një fizionomi, atë të çiltrën. Njerëzit që e jepnin dashurinë e sakrificën aq thjeshtë e pa pompozitet ... AI ishte plot ëndrra e imagjinatë. Shpesh, e tërë qenia e tij largohej nga realiteti i sëmurë e merrte arratinë, duke fluturuar me krahët e fuqishëm të ëndrrës, në qiej të kaltër e të freskët, krejt ndryshe nga zagushia mbi rruzull. Fluturonte në transparencën e asaj hapësire të pamatë që ishte një kontrast i madh me turbullirën e jetës njerëzore ... dhe ndjente se nuk kish më dëshirë të kthehej në Tokë ... I tillë ishte AI, që në fëmijërinë e tij të hershme ...'.

E, teksa po mbylla fletën e fundit te romanit, thashë me vete se janë të paktë, të numëruar me gisht, ata shkrimtarë të Lindjes Komuniste (e, bashkë me ta dhe psikoanalistët, sociologët e filozofët) të cilët kanë mundur të eksplorojnë, të zbresin poshtë në honet, në rrathët flakërues dhe vrimat e pafund të gulageve komunistë në përgjithësi e, të atyre shqiptarë, në veçanti. E pra, Henrik S.G., ky njeri i cili bashkë me familjen, e kish kaluar jetën internimeve, kampeve famëkeqe e burgjeve, për mendimin tim, kish arritur të krijonte mrekullisht (jo thjesht, për shkak të fatkeqësisë së tij, vetjake), një nga veprat më perfekte, më tronditëse, më sinjifikative, të ushtrimit ekstrem të dhunës dhe poshtërimit human. Dhe këtë e kish  kryer, me një forcë mahnitëse artistike e psikologjike, jo thjesht duke bërë autopsinë e fatit tragjik të një kombi e as të një epoke të caktuar, por duke hetuar me syrin e një vëzhguesi fantastik, të lindur të tillë, atë çka është për të, më esenciale: pikërisht, ekzistencën, transformimin, përçudnimin, fatin e individit, jo vetëm në hetuesi, burgje e kampe përqendrimi, por në universin totalitar në përgjithësi e, në subkoshiencën dhe sjelljen e tij, në veçanti.

I tillë është pra, romani i dytë i Henrik S.G, me titullin 'Gjuetia e Pëllumbave' (Ombra GVG – 2001), i cili përshkruan pikërisht, fatin tragjik të atyre që jetuan në Ferr. Por, në një Ferr, 'ndryshe' nga ai që kemi njohur gjer tani, nëpërmjet botimeve të ndryshme ku kryesisht, flitet për përvoja biografike, emra, njerëz e vende. Sigurisht edhe për vuajtje, tortura e privacione të llahtarshme. Në të, më tepër se sa për Flakët e Ferrit, autori shkruan për perversitetin njerëzor në kampet e përqendrimit, për metamorfozat shpërfytyruese të banorëve të tyre, për potenciale shkatërrimtarë të tillë si: urrejtja dhe poshtërsia të cilat, qenia njerëzore i ka në gen, shpesh duke i manifestuar në mënyrën më të ndyrë e të poshtër. Dhe këtu, në këtë optike pikërisht, mendoj se qëndron e veçanta e shkrimtarit në fjalë. Pikërisht, për vështrime, analiza e refleksione të kësaj natyre, të cilat i ndeshim qysh në fillim të romanit, në fjalët e personazhit – autor, ku ndër të tjera, thotë se:

' ... Ishte perversi, fizionomia e pështirë e tij që la gërvishtje të thellë në koshiencen time. Është tronditës fakti, që kjo fizionomi bie shumë më poshtë se ajo e xhelatit. Është poshtëruese për historinë e Gulagut që i burgosuri pervers e urren të burgosurin e ndershëm, gjë të cilën xhelati nuk e bën. Shëmtia e Gulagut, nuk mishërohet në rreckat e banoreve të tij, as në fizionomitë e mjeruara të tyre, por në sytë e paturpshëm dhe Shkëlqimin e Perversit. Tragjedia dhe mjerimi, nuk ndihen aq në rënkimet e vuajtjet, sa në të qeshurën, lodrat dhe humorin e tyre (...) Kundrejt kësaj tabloje, mbetet në hije ajo e cila duhet të triumfojë: Mirësia. Ajo ecën qosheve, për t’i lenë bulevardin Paradës së Perversitetit. Ajo struket e qëndron e heshtur, e tronditur, kur shikon shkëlqimin e Turpit. Mirësia, vishet me petkun e lypsarit dhe perversi i kalon pranë, për t’i ofruar pak lëmoshë. Lëmosha është të lënurit të qetë në qoshen e saj, për të mos e fyer, luftuar, spiunuar për krimet e saj, për të mos e shtyrë atë, në vetëvrasje. Mirësia vështron me sy te përlotur, triumfin e Perversitetit, ndërsa ky i fundit ndodh qe ta mëshirojë atë ...’.

Këto janë, në përgjithësi, esenca, thelbi, bërthama, ato që përbejnë edhe vetë filozofinë e romanit në fjalë. Kjo është, pikërisht ajo farë e stërmadhe e së Keqes (jo e bardhë si vezë struci, por e zezë dhe e pistë), si vetë perversiteti njerëzor. Asaj, së cilës autori, me një bisturi që dhemb e lëshon vazhdimisht gjak kuterbues e qelb të verdhë, i heq asaj një edhe nga një, lëvozhgat pa fund. Duke shpalosur, nëpërmjet tablosh e rrëfimesh drithëruese, mes personazhesh të këqij e të mirë, krenarë e zvarranikë, të lartë moralisht e të ndyrë në kulm, për të gjetur me ngulm, më në fund, një grimë materie me vlerë. Për të gjetur, pikërisht atë që quhet MIRESI e që përbën shpresën e vetme dhe të fundit njerëzore, per te besuar se ekziston një e vetme mundësi, për të shmangur Katastrofën ...

Published by Simbad - dans Prozë
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 09:49
 ( Photo - Simbad ) 

 
               Sept nuits à St. Julian's

 

                              ( Histoire vécue - écrit par Simbad  Detari )

  ... Le soleil était en train de se coucher en peignant en rouge l'horizon et, la surface plate de l'île reflétait une couleur entre l'argent et le cuivre. Et, pendant que l'avion atterrissait sur Malte, en faisant au-dessus de la mer une forte courbe pour rejoindre l'aéroport de Luqa, j'ai senti mon cœur battre très fort. Mon Dieu ! J'étais vraiment, finalement, à Malte ? Sur cette île que j'avais rêvé de visiter, pendant toute ma vie ?... C'était celle-ci l'île, le pays de Nirvana, la fille de mon premier amour ? Habitait-elle là ? Y avait-elle sa maison ? Est-ce de là qu’elle m'écrivait et m'envoyait ses lettres qui avaient fait la joie de ma jeunesse déjà passée ? C'était cela l'île qui m'avait fasciné pour des années et des années, comme s'il s’agissait de la 'Terre Promise' ? 

J'étais parti de Paris deux heures avant et voilà, j'étais en train de mettre pied sur Malte. L'avion avait atterri doucement lorsque que j'étais prêt à sortir, descendant de l'escalier, sur mon visage j'ai senti une vague d'air chaud. C'était l’automne, mais l'été était encore là avec sa chaleur de mer méditerranée cependant que, sur la capitale française il pleuvait, en ayant froid, je portais encore sur mes épaules mon "blouson rouge ".À la sortie de l'aéroport m'attendait Alfred, un ami maltais que j'avais connu par internet, justement à cause de mon attachement à cette île. Après nous être salués et embrassés, je suis monté dans sa voiture et ensuite, nous sommes partis pour rejoindre St. Julians's, là où se trouvait mon auberge. Entre temps, je regardais curieusement à gauche et à droite de la route. Devant moi passaient des petites collines, des maisons, des figues d'Inde, des gens qui marchaient et des panneaux écrits dans une langue que je ne connaissais pas. Et, ensuite, la mer : une mer bleue, trop bleue ...
- C'est Malte ? C'est vrai que je me trouve à Malte ? - j'ai demandé à Alfred en sautant comme un enfant joyeux, et lui, en souriant, m'a regardé avec un air de surprise.
- Oui !... C'est Malte ! - répondit-il. 

... J'étais parti de France avec deux "objectifs" : découvrir Malte, l'île de mes rêves et de mes souvenirs de jeunesse et, s'il était possible, te rencontrer, toi, Nirvana. Te rencontrer, vingt cinq ans après une longue amitié née d'une intense correspondance, sans t'avoir jamais ni vue, ni rencontrée. Donc, je venais sur cette île pour te chercher. Je dis pour te chercher, parce que je connaissais déjà ta "décision" de tout rompre. Rompre cette amitié qui nous a tenue liés pendant à peu près dix ans. Dix ans de notre jeunesse, peut-être la plus belle période de ma vie. Mais, entre temps, j'étais aussi préparé pour le pire : c'est à dire ne te pas rencontrer. Mais je ne voulais pas accepter cette idée. Je disais en moi-même : On ne sait jamais !...
Car, je n'avais aucune adresse de toi. Je savais seulement que peut-être tu habitais dans la ville de San-Swann. J'avais reçu pour la dernière fois, il y avait déjà dix ans, un seul courrier de toi ( en réponse de plusieurs miennes ou je cherchais à continuer de t'écrire comme avant ) où tu me répondais que mon idée n'était pas bonne car, déjà tu étais mariée, et nous n'étions plus jeunes, comme avant. 

J'avais observé que le timbre de l'enveloppe, qui portait ton courrier, avait le cachet de cette ville, San-Gwan. Mais, hélas, l'enveloppe derrière n'avait aucune adresse d'expéditeur. J'ai compris que tu ne voulais la mettre pour garder ton anonymat. C'était tout. Entre temps, pour m’assurer dans mes recherches déjà prévues en cas de défaite, j'avais pris les deux anciennes adresses, c'est-à-dire celle de la maison de Sliema où tu habitais quand tu étais jeune et, l'autre où tu avais habitée déjà mariée, il y avait des années, dans la ville de Msida.
Mais comment commencer mes recherches, et où ? Comment trouver une femme portant ton nom de mariage "Murg", alors que dans cette île il y a presque un millier de personnes qui portaient le même nom ? C'était vraiment, une Mission impossible ! Malgré ça, même si je me sentais profondément déchiré entre l'optimisme et le pessimisme, je me consolais : peut-être aurais-je de la chance ; ou bien je serais aidé par ma profession en tant que journaliste. Je ne savais pas pourquoi, mais parfois je me sentais si convaincu d'avoir cette capacité de chercher, de te trouver, de réussir dans cette entreprise ... 

... Et, pendant que la voiture parcourait la côte, je vivais entre ces pensées et la beauté de la côte. Enfin, pour me débarrasser de ces mauvaises idées, j'ai affûté mon regard en contemplant la mer ! Il y avait deux mois, j'étais dans un autre pays qui se trouve au bord de la même mer. À Vlora, ma ville natale. Après dix jours de congés en Italie, j'avais débarqué dans mon pays, en Albanie. 

Un jour, étant seul à la maison, j'avais ouvert la vieille armoire où, depuis plusieurs années, je conservais précieusement mes "archives". Là étaient cachés tous mes souvenirs de jeunesse. Parmi toutes tes lettres reçues depuis vingt cinq ans. Tes lettres que j’avais liées avec une longue corde de soie rouge. Déjà jaunies par le temps. Tes lettres qui portaient à l'intérieur, tant de beaux sentiments de jeunesse. J'en ai ouvert certaines parmi elles et j'ai lu tes mots: 


Sliema, le 2 janvier 1974

Mon chéri,

Je suis dans mon bureau et je pense à toi. Cela je le fais très souvent parce que je suis contente que d’avoir un ami si bon et si gentil qui pense à moi, même si nous sommes si loin. ( ... ) La nuit du réveillon, je suis allée avec mes amies dans un restaurant de Sliema. A minuit, quand la montre et arrivé à 24 heurs, j'ai pensé beaucoup à toi, Simbad. Puis, nous avons fait promenade au long de la mer. La mer était tranquille et illuminée par les rayons de la lune. En contemplant cette merveilleuse scène, j'ai pensé à toi : Qu'est-ce que fait Simbad en ce moment  ? Pense-t-il à moi ? Qui sait ?... Je n’oublierai jamais cette nuit parce que, même si tu n'étais pas là, je te sentais près de moi, nous promenant ensemble. Et, là, au bord de la mer, j'ai pensé à t'envoyer quelques messages d'amour et d'affection avec les vagues de la mer. Je me sentais très contente d'avoir cette amitié avec toi. Dommage que ce ne soit possible de passer cette belle nuit ensemble ! Mais je me suis dit qu'elle devait être Possible ! (… )

Je t'embrasse !

Ta Nirvana 

Sliema, le 25 mars 1974

Mon chéri,
Aujourd'hui j'ai reçu ta lettre que j’attendais depuis plusieurs jours. Tu peux imaginer ma joie, mon bonheur quand j'ai vu l'enveloppe sur la commode ! Lorsque je suis arriveé à la maison, maman ne m'a dit rien et lorsque j'ai descendu l'escalier en tenant ta lettre dans ma main, elle m'attendait en bas et me disait : J'étais sûre que tu serais contente de cette lettre ! ( ... ) Simbad, c'est vrai que je me sens seule ... Seule dans cette île, lointaine de tous. Alors, c'est un grand bonheur pour moi que tu sois là, que tu sois avec moi, dans mon cœur, même si cette grande mer nous tient si loin l’un de l’autre ( … )

Toujours, ta Nirvana ! 

Sliema, le 22 février 1975 

Mon chéri,
(...) Aujourd'hui j'ai reçu la photo que tu as prise sur la neige. Quelle chose merveilleuse, la neige ! Elle ne tombe ici jamais... Cette photo je la garde toujours avec moi, parce que tu es mon ami idéal. Avec ton amitié je me sens plus forte, plus sûre, Simbad ! Si tu pouvais venir à Malte, ce serait un grand événement pour ma vie et je suis sûre que je ne l'oublierais jamais. (…) Avec tant d'affection, toujours tienne,

Nirvana 

Sliema, le 27 avril 1976 

Mon cher Simbad,
Mon très chéri, chéri,(...) Vraiment tu es plus qu'un ami. Merci Simbad ! Je me sens "lucky", chanceuse de t'avoir rencontré. Ma vie, serait sûrement différent, sans ton amitié merveilleuse. (...) Tu sais ?... Mon amie Rosalina, partira en vacances en Grèce et moi, je lui ai dit de t'envoyer des bisous pleins d'affection, de beaux saluts et de doux souhaits sincères pour toi et à toute la famille Detari que maintenant, je connais très bien. (…) Comme toujours,
Ta Nirvana!
 

... Mais cela était le passé lointain. Depuis ta dernière lettre 25 ans s’étaient écoulés et, dans nos vies étaient passés tant d’événements. Tout était complètement changé. Nos vies et nos regards sur elle. Cependant, pour moi, quelque chose était resté pour toujours. La tendresse d'un souvenir. Sa nostalgie et sa douleur. Et bien sur, dans le même temps, le profond regret d'avoir perdu quelque chose très cher et précieux. Quelque chose que j'avais perdu pour toujours, mais non à cause d’une faute.

 

                                                     *** 

... Le lendemain matin, après une nuit presque blanche, j'ai commencé les recherches. J'ai pris l'autobus (ces bus typiques maltais que je connaissais déjà par les cartes postales que tu m'envoyais de temps en temps) et je me suis arrêté à Sliema, ta ville natale. Je regardais la côte et la mer bleue, très bleue et je pensais : Voilà, ici venait pour se baigner Nirvana. Là elle se promenait avec ses amies. Toi, une jeune fille joyeuse, douce, souriante et en même temps, méditative et pudique. Mais, comment, comment faire pour trouver ta vieille maison au 303, Sonny Street ?... 

J'ai pris la rue principale de la ville et, près d’une boutique de jouets, j'ai demandé à une vieille dame où se trouvait cette rue. Elle m'a expliqué quelque chose mais, je n'ai rien compris. Ensuite j'ai demandé à une autre. Et encore ensuite, une autre m'a dit :
- Tu vas en avant, monte par cette rue qui va vers la colline, continue vers le Commissariat de Police, ensuite, tourne à droite et ensuite à gauche. J'ai suivi l'itinéraire qu'elle m'avait montré et à la fin, en demandant aux gens à droite à gauche, je suis arrivé à l’angle d'une très petite rue où j'ai lu : Triq Sonny. Oui, c'était bien la rue que je cherchais !... J'ai compris que Triq en maltais signifiait rue. Quelle émotion ! J'ai fait encore quelques pas en regardant les numéros et je me suis arrêté devant la maison qui portait le numéro 303. 

Dans ma tête passaient milles pensées et questions : Donc, c’était la maison de Nirvana? Je l'avais imaginée autrement. Parce que, même si je ne l'avais jamais vue, je l'avais "construite " depuis longtemps dans mon imagination. Je ne sais pas pourquoi, je la voyais entourée par des hauts murs, avec une grande porte qui donnait dans un jardin où se trouvait une vieille maison. Mais, non, la maison de Nirvana était au bord de la rue. Elle était blanche, rayonnante, avec un joli balcon et des fenêtres en bois neuf … 

Donc, telle était sa maison ?!... Je n’en croyais pas mes yeux. Sortait-elle de cette porte pour aller à l'école ? Marchait-elle sur cet asphalte? Et, ensuite comment faisait-elle, tournait-elle à droite ou bien à gauche, pour rejoindre le bureau de poste d'où elle m'envoyait ses lettres ? Et, puis, qui habitait maintenant dans cette maison ? Savaient-ils où tu étais ?... Je continuais à rester figé devant la porte. Puis je me suis réveillé et j'ai sonné. D'en haut, d’un balcon typique maltais en bois peint couleur verte, une dame a allongé sa tête et a demandé ce que je voulais.
- S'il vous plait, pouvez-vous descendre une minute, madame ? - je lui ai demandé. Après un instant, la porte s’est ouverte et j'ai vu devant moi une femme petite et ronde, joues roses, cheveux ondulés, accompagnée d'une gamine. Elle avait 40 ans peut-être. J'ai expliqué d'où je venais et ce que je cherchais. Bref, un peu de Notre Histoire. La dame, avec un air de peur, n'arrivait pas à cacher sa préoccupation. Je me doutais même qu’elle tremblait. Pourquoi ? Je ne savais pas. Or, je n'avais pas du tout l'air d'un voleur.
- Puis-je entrer chez vous pour deux minutes ? - je lui ai demandé. 

Pendant qu'elle m'expliquait que Nirvana n’habitait plus dans cette maison depuis plusieurs années, qu’elle l'avait acheté cette maison par une agence immobilière, qu’elle ne connaissait aucun de ses ex-résidents, je sentais qu'elle était trop préoccupée et même agitée.
- Madame, s'il vous plait, je peux entrer voir l'intérieur de la maison. Juste un instant ! Vous me comprenez ? C'est une question sentimentale ... Il s'agit d'une histoire, d'un sentiment très fort et long dans le temps. Il y a une histoire au milieu de tout ça et j'ai fait une longue route pour arriver jusqu’ici - j'ai demandé de nouveau. Tout d’un coup, elle m'a demandé comment je m'appelais. Je le lui dis. Lorsqu’elle a su mon nom, elle est devenue plus anxieuse qu'avant. 

- Puis-je entrer une seconde ? - j'ai insisté.
- Entre, entre - répondit-elle avec une voix sèche.

... Finalement elle a été gentille et m'a permis d'entrer. J'ai passé l'entrée et je me suis arrêté dans le séjour. J'ai vu l'intérieur de la maison, avec un regard de quelqu'un qui voulait fixer les images dans sa mémoire, le plus possible. Donc, c’était la maison de Nirvana ? Le couloir, le séjour, les meubles, la cuisine, l'escalier qui menait au premier étage. J'étais ému ! Je croyais que tout autour était resté intact, comme quand tu habitais là. Lorsque tu étais jeune fille. Et, dans chaque angle je voyais ton ombre, ta présence.
Et ensuite, le dialogue : 

- Madame, est-ce qu’il y a un jardin derrière la maison ?
- Oui, il y a un jardin !
- Et il y a des oranges là, n'est pas ?
- Oui, il y en a !... Comment tu sais ça  ?
- Je le sais parce que, justement devant un oranger, Nirvana, avait fait une photo et me l'avait envoyée en Albanie. 

La dame, tenant toujours de la main sa gamine, ne parlait pas. Je voyais que son visage était anxieux et qu'elle voulait que je quitte la maison le plus vite possible. Je lui avais promis, seulement deux minutes. Et, dans ces conditions, j'ai eu à peine le temps de faire deux photos de l'intérieur de la maison et ensuite, je me suis arrêté dans couloir. À droite, sur une grande armoire, j'ai vu une grande photo de Mère Teresa.
- Madame, savez vous que mère Teresa était d'origine albanaise ? - je lui ai dit.
- Dans notre famille, nous adorons beaucoup Mère Teresa - répondit-elle.
- Comme l'adorait aussi Agnès ! - j'ai pensé. Oui, Agnès !...
Et je me suis retourné loin dans mes souvenirs.

                                                            ( suite )

Published by Simbad - dans Prozë
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 09:31

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 ( Photo Simbad )     

  Sept nuits à St. Julian's ...

 

( Intermezzo )  

 

2 ***

 

J’ai pris son téléphone portable et j'ai fait le numéro de Nirvana. C’était la deuxième 

                                                    * * * 

… Mais, où se trouvait, Agnès ? Comment pouvais-je la trouver dans une ville que je ne connaissais pas ? Sans doute en demandant où était installée la Mission de Mère Teresa. Et cela, c’était facile, parce que c’était la première fois dans cette ville que les gens voyaient des sœurs, des sœurs de Mère Teresa. J’ai demandé à une femme âgée et elle m’a montré la direction que je devais prendre pour y aller. Et, dans une petite ville, bien sûr, il n’est pas difficile de s’orienter…

La mission de Mère Teresa était installée dans une petite villa, presque au centre ville. Une villa avec une petite cour, des gradins et une porte métallique. Je me suis dirigé vers elle et je suis arrêté devant la porte. J’étais ému ! L’émotion consistait dans le fait que je me trouvais face à une rencontre extraordinaire avec la sœur de Nirvana ! Comment était Agnès ? Est-ce que elle ressemblait à mon amie ? Je l’avais vue seulement sur des photos.

Devant la porte fermée, j’ai mis le doigt sur le bouton et j’ai sonné. Depuis la maison, par l’interphone, j’ai écouté la voix d’une femme.

- Bonjour ! Qu’est ce que vous voulez ?

- Bonjour ! Je voudrais rencontrer Agnès Perri !...

- Vous êtes qui ?

- Je suis un ami de sa sœur

- Attendez une minute, monsieur …

Et j’ai attendu. Apres quelques minutes, j’ai vu s'ouvrir la porte et une fille est sortie en descendent les escaliers, vers la porte métallique. Elle s’approcha et me salua en anglais :

- Bonjour !

- Bonjour ! Je ne parle pas anglais. Parlez-vous la langue italienne ?

- Oui, sans problème…

- Je suis albanais. Je m’appelle Simbad et je suis un ami de votre sœur, Nirvana.

- Ah, c’est toi, Simbad? – répondit elle et m’embrassa comme une sœur. En écoutant mon prénom, son visage couleur brun-mat était devenu plus doux et souriante. Ses yeux noirs aussi.

- Venez, venez, entrez ! – dit-elle très gentiment en me montrant la maison. Je la suivis et nous sommes entrés. Dedans, j’ai vu aussi trois autres sœurs. On a trouvé un coin calme dans une chambre et elle continuait à me regarder en souriant.

- Donc tu es Simbad, celui qui écrivait sans cesse des lettres depuis l’Albanie pour ma sœur Antoinette ?

- Oui, c’est moi !

Elle me regardait sans parler et comme pour moi, je pensais que pour elle aussi cette rencontre était un peu bizarre, incroyable et providentielle.

- Et comment tu sais que je suis en Albanie, à Elbasan ?

- C’était Nirvana qui me l’a dit. J’ai parlé avec elle avant-hier au téléphone …

- Ah, bon ?!

- Oui …

Apres cette présentation, le discours était devenu plus "libre". Je n’en finissais pas de parler, de poser des questions. Comment allait Nirvana, ses enfants. Sa mère et son père. Son frère Pietro. Toute la famille Perri. Je voulais tout savoir :

- Eh, oui, Nirvana est déjà mariée. Elle a trois enfants. Elle habite dans une belle maison et moi, moi je suis ici en Albanie, avec la mission… Tu sais, j’étais petite mais je me souviens de ta correspondance, de tes lettres et aussi une fois, quand tu avais demandé à Nirvana de t’envoyer un magazine de cinéma, c’est vrai ?

- Je suis très heureux de vous rencontrer Agnès ! En plus ça me fait plaisir que vous vous trouviez ici, dans la mission de notre Mère Teresa, une fille du peuple albanais. Tu sais ? Nous tous, nous avons beaucoup souffert. C’était l’holocauste pour tout un peuple. Moi aussi en tant que journaliste, je ne pouvais pas m’exprimer librement et j’ai eu des soucis et des punitions par le régime, aussi à cause de la correspondance que j’ai eue avec ta sœur. Chez nous, c’était interdit d’écrire dans un pays occidental… Tu le sais ?

- Oui, oui, je comprends bien cette situation … Je ne connaissais pas l’Albanie avant mais, maintenait, je crois que je la connais un peu plus. Votre vie a été terriblement dure … répondit–elle.

Et le discours continua. En parlant du passé et du présent de l’Albanie elle m’a dit en souriant :

- Bien sur, je sais aussi que notre Mère Teresa est d’origine albanaise. C’est pour cela que je suis sûre que ce peuple trouvera le courage et les moyens de se sortir de cette situation. Nous sommes venues là pour l’aider …

Tout en discutant le temps passait et je devais partir. Et j’ai lui dit :

- Je dois partir maintenait, Agnès !

- Oui, mais avant, tu vas manger avec nous. Midi est passé et pour nous c’est l’heure du repas. Voila, nous allons faire la prière et après … à table !

En fait, je voulais rester encore avec Agnès. Et c’était pour ce motif que j’ai accepté d’aller avec les sœurs. Là dans une petite pièce, était improvisé un très simple autel, avec une table, une croix en bois et un cadre de Jésus dessous. Je suis resté à côté d’eux, sans bouger et en écoutant en silence leur prière solennelle. Je ne savais faire aucune prière. Après, on a mangé du riz avec de la viande de poulet. J’étais très content d’avoir passé deux heures avec Agnès. Mais, le moment de partir était venu et avant de m’en aller, j’ai donné quelques petits cadeaux pour qu’elle puisse les apporter à Malte, pour Nirvana et ses enfants.

- Attends, moi aussi, je dois te donner quelque chose – dit elle en se précipitant. Peu de temps après, elle est revenue portant dans ses mains deux cadres. Un avec l’image de Marie la vierge et un autre avec le portrait de Jésus.

- Oh, c’est un très beau cadeau pour moi ! Je les garderais dans ma maison – à ce moment j’ai vu les yeux d’Agnès en larmes. Et puis, nous sommes embrassés et je suis sorti dans la rue. Je me sentais un peu troublé et bien sûr ému. Pour moi, c’était une rencontre émouvante et inoubliable ! 

                                                 * * * 

Malheureusement, Agnès eut un destin tragique. Quelques années après cette rencontre, elle est décédée dans un accident automobile en Bulgarie. Ça s’est passé la nuit. Au retour de son travail, de son engagement à aider les pauvres, les drogués, les orphelins. Quand, j’ai su ce drame, j’ai écrit une lettre de condoléance à Nirvana sa sœur et à toute la famille Perri.

Et, voila, je me trouvais maintenant dans sa maison. Mais Agnès n’était pas là. Elle se trouvait ailleurs. Là où je ne pouvais pas la rencontrer. Elle était partie ailleurs. Trop loin de ce monde. Pour toujours. J’ai fumé une cigarette en regardant en haut, à la fenêtre du balcon traditionnel maltais en bois, et j’ai vu apparaître le visage d’Agnès. Tout à coup, il me semblait qu’elle me souriait et me saluait de la main. Moi aussi je l’ai saluée et après, je suis parti en descendant vers le centre ville. Avant de passer la courbe de sa rue, j’ai tourné encore une fois la tête vers sa maison, comme si je voulais garder pour toujours son image vivante et inoubliable. Et j’ai dit : Merci Agnès pour tout que tu as fait pour nous dans ta vie si courte ! Tu étais la meilleure ! Tu vivras pour toujours dans nos cœurs ! Dans mon cœur !... Je te salue Agnès ! Je connais très bien ton étoile dans le ciel ! 

( Fin d’intermezzo ) 


… Si je ne me trompe pas, c’était l’année 1994. Je me trouvais à Kuzbaba, une petite colline qui se trouve en haut du centre de Vlora, ma ville natale en Albanie. De là on voyait un beau panorama : la baie et la mer bleue. Coté gauche, la presqu’île de Karaburun et en face, la petite île de Sazan et encore plus loin, l’horizon de la mer Adriatique. À cent kilomètres de distance, en face de chez nous, se trouvaient les côtes italiennes. J’étais là, à regarder ce paysage avec mon ami italien Giancarlo, qui avait avec lui un téléphone portable. De là haut, il était possible de capter le signal Télécom Italien et ainsi il en a profité pour parler avec sa famille. Après sa conversation téléphonique, il me demanda :

- Tu veux parler avec quelqu’un de l’étranger ?

- Oui, je veux bien parler, avec une amie à Malte !

- Sans problème, tu peux parler … fois que je parlais avec elle. La première fois c’était à Tirana, juste après la chute du communisme. Je me trouvais dans la capitale albanaise et, la première chose que j’ai voulu faire, c’était de lui téléphoner. Je voulais accomplir enfin un geste, un acte qui pour moi était jusqu’à présent interdit et bien sûr aussi, écouter pour la première fois sa voix, après de longues années d’une longue correspondance. Je me sentais flatté car avant, parler au téléphone à l’étranger c’était interdit par le régime. Je suis entré dans une petite cabine téléphonique et je sentais mon cœur qui battait très fort. Et, voila, j’avais cette heureuse occasion de lui parler pour la deuxième fois. A travers les ondes j’ai écouté sa douce voix :

- C’est toi, Simbad ?

- Oui !

- D’où parles-tu ?

- Depuis ma ville, Vlora …

- Tout va bien ?

- Oui, ça va… Mais dis-moi Nirvana, tu viendras un jour en Albanie ?

- Oui, je viendrais, mais seulement quand l’Albanie sera vraiment libre !

- Tu me le promets !

- Oui, je te le promets !

À la suite de cette brève conversation, Nirvana a ajouté :

- Tu sais qu’une de mes sœurs se trouve actuellement en Albanie ? 

- C’est vrai ?

- Oui, elle est avec la mission de Mère Teresa à la ville d’Elbasan.

- Elle s’appelle comment ?

- Agnès … Agnès Perri …

- Oh, quelle belle nouvelle. Je vais la rencontrer ! C’est possible ?

- Oui, bien sûr ! Elle sera très contente ! 

 

                                                 ***
 

… Deux jours après, j’ai pris le train pour rejoindre la ville d’Elbasan. C’était hiver et il faisait très froid. Jusqu’à la ville de Rrogozhine, j’ai fait la route debout. Le train était rempli de monde. Il n’y avait pas de places libres. Les gens circulaient plus librement qu’avant. C’était dur, mais sur leurs visages, je voyais plus d’espoir, plus de vie, plus de joie. Il y avait tout juste deux ans que le régime communiste était tombé et les gens sentaient le vent doux et très cher de la Liberté. Le train - une locomotive diesel tchécoslovaque avec une vingtaine de wagons verts de production chinoise - roulait doucement vers l’Albanie centrale en parcourant les champs désertés des coopératives agricoles d’état, déjà abandonnées par les paysans. C’était triste de penser à ce pays si riche en eau et en terres fertiles et, en même temps, tellement pauvre et ruiné. Hélas ! Le régime et sa fin avaient détruit cruellement aussi la vie d’un peuple Le train roulait et j’avais posé mon front contre la vitre froide de la fenêtre. Je regardais dehors, dans le vide. J’étais tombé dans les souvenirs et mon imagination, que c’était difficile à croire. C’était incroyable ! Comment était-ce possible ? La sœur de Nirvana se trouvait en Albanie et je ne le savais pas ? En plus, elle était venue pour aider les pauvres, les démunis, les rescapés, les gens malades et en difficulté. Je me sentais très ému car, pour moi, cette rencontre c’était presque comme si je rencontrais Nirvana. Mon Dieu ? Les choses avaient-elles tellement changé ? La vie est comme un film, comme un roman. Avant, j’avais peur d’écrire à Nirvana et maintenait, je pouvais librement aller voir une personne venue de l’étranger et, en plus une religieuse, la sœur de ma meilleure amie à Malte. C’était incroyable ! * * *

… Elbasan se situe au centre de l’Albanie. Une ville de 35 mille habitants. Autrefois, dans les années 20, vu sa position géographique, cette ville était destinée à devenir la capitale de l’Albanie. Mais, après, le parlement de l’époque, s’était décidé pour Tirana, une ville plus grande qui se trouve un peu plus au nord et, vite la candidature d’ Elbasan était tombée dans l’oubli. Dans cette région, la religion musulmane est très présente et majoritaire. Les habitants chrétiens sont en minorité et, apparemment, la ville a hérité plus qu’ailleurs dans le pays, une forte conséquence de l’influence de cinq siècles d’occupation ottomane.

Le "cœur" de cette ville avec son ancien quartier le plus peuplé, se trouve à l’intérieur d’une "ceinture" d’anciens murs d’une large forteresse moyenâgeuse. Mais quelle est la réputation de cette ville ? Peut-être, le folklore, les belles chansons populaires d’amour accompagnées des consonances orientales ou, peut-être pour le très bon yogourt et les délicieux gâteaux. Mais en fait, en parlant de ça, il s’agissait d’un lointain passé car le communisme, avait effacé toutes les anciennes traditions et moeurs, y compris les gâteaux et les chansons d’amour. Pour l’idéologie du régime totalitaire, c’était primordial de construire l’homme nouveau. L’homme du travail. C’était pour cela, qu’Elbasan était devenue une ville industrielle. Dans la banlieue de la ville était construit un gigantesque combinat métallurgique chinois. Mais le "progrès" industriel n’avait apporté ni le bonheur ni la prospérité. Au contraire, il avait empoisonné l’air, les arbres et les rivières et les gens, plus pauvres qu’avant, étaient devenu presque tous malades par l’intense pollution ... 


( suite )

Published by Simbad - dans Prozë
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 09:23
Fichier hébergé par Archive-Host.com 
(Photo Simbad ) 


            
    Sept nuits à St. Julian's ...

3 ***

- Donc, vous ne savez rien sur où se trouve Nirvana maintenant ? - j'ai demandé pour la dernière fois à la "propriétaire" de la maison numéro 303, Sonny Street, en me réveillant de ces tristes souvenirs sur le fin tragique d’Agnès.

- Non, je ne sais rien ! Tous se sont dispersés sur l'île ! Ils sont allés ailleurs ! - me répondit-t-elle.

Je suis sorti avec le cœur brisé mais, en fait, je ne voulais pas m'en aller. Je voulais rester devant la maison, encore un peu. Et, ensuite, j'ai eu une idée. Pourquoi pas demander ailleurs ?... Peut-être quelqu'un, un voisin, savait où habitait Nirvana. J'ai allumé une cigarette et, je me suis assis sur le trottoir, en face de ta maison. Après un instant, derrière moi, une porte s’est ouverte et j'ai vu sortir un vieil homme.

- Excusez-moi, monsieur, vous savez peut-être où sont allés les membres de la famille Perri ? - je le lui ai demandé gentiment. Le vieux ne parlait ni français, ni italien, mais apparemment il comprenait ma question. Sans me répondre, il est rentré à l'intérieur, peut-être dans un atelier de typographie, en cherchant quelque chose dans des tiroirs et puis il est sorti, portant à la main une photographie.

- Vois-tu celle-ci ? - me dit-il en me montrant la photo - Celle-ci est la dame Perri qui est décédée il y a trois ans. Cet autre est son mari...

Entre eux, sur la photo, j'ai vu une belle fille avec une robe d’épouse. Ce n'était pas toi, j'étais sûr que ce n'était pas toi. Et je lui ai répété la même question :

- Et, Nirvana, où est-elle ?

Sans me répondre, le vieux est rentré et a fermé la porte. Peu après, à coté de moi, j'ai vu passer une dame âgée. Avant d'entrer dans la porte à coté de ta maison, je lui ai demandé si elle savait où tu habitais...

- Nirvana ?... Voilà, tu vois, en face, c’est sa maison ! Mais, actuellement, c’est sa sœur qui y habite !... Tu vas lui demander. Elle le sait bien où se trouve, Nirvana ! - répondit-elle.

Mon Dieu ! Comment était-ce possible ?! La petite femme qui m'a fait entrer dans sa maison, quelques minutes avant, était la sœur de Nirvana ? Elle était ta "petite" sœur, Merry ? Et pourquoi ne m'a-t-elle rien dit ?... Pourquoi !... Pourquoi m'a-t-elle menti en me disant qu’elle ne connaissait personne de ta famille ? Pourquoi n'a-t-elle pas eu le courage de me dire : Oui, je suis la sœur de Nirvana, mais je ne suis pas autorisée à te donner des renseignements ? Pourquoi, Mon Dieu, les gens sont devenus comme ça ? Pourquoi ? Non, ça ne valait pas la peine de lui demander. D’aller chez elle à nouveau. Elle m'avait menti. J'ai compris. Sans aucun doute, dans cette "affaire" il y avait une complicité...

... Un jour après, à dix heures du matin, j'ai rencontré de nouveau Alfred, le maltais. Il voulait m'emmener voir l'ancienne capitale de Malte: Mdina. Pendant le trajet, il m'a expliqué qu'il avait fait ce qui était possible. C'est-à-dire qu’il avait téléphoné à plusieurs numéros sur San-Gwann mais il n'avait pas pu trouver celui de madame Murg que je cherchais. Ensuite, plus tard, sur la route, son téléphone portable a sonné deux fois. J'ai vu que le visage d'Alfred prendre une autre expression. Troublé. Pendant la visite que nous avons faite à Mdina, j'ai vu qu'il n'était pas comme avant. Je le voyais agité, mais je ne comprenais pas pourquoi...

( C’est seulement lorsque je suis retourné en France que j'ai su la vérité sur cette agitation. Car, une semaine plus tard Alfred m'a écrit un e-mail sur internet. Il avait trouvé ton numéro de téléphone et t'avait dit que j'étais là et je cherchais à te rencontrer. Il m'a raconté que, pendant que nous étions en route vers Mdina, c'était toi qui avais téléphoné deux fois en lui disant de ne pas m’emmener chez toi. Mais, il ne m'a donné aucun détail sur ce que tu lui avais dit. Tu l'as menacé, peut-être ? Je ne sais pas, mais depuis ce jour, depuis mon troisième jour à Malte, je n'ai plus jamais vu Alfred. Il a disparu et m'a laissé seul. Pourquoi ? Il avait peur de quelque chose ?! Je ne voulais pas me mêler de ce "cercle" qui ne me concernait pas - m'écrivait-il. Ainsi, il m'a écrit pour la dernière fois, en me donnant l'Adieu pour toujours. Était-ce une bonne décision ? Il s'agissait d'un homme "courageux" ? Était-ce le bon choix ? Je ne sais pas ! Vraiment étranges ces maltais ! )

Donc, après l'abandon de l'unique personne que je connaissais là, je me suis retrouvé seul dans cette île. Seul et désespéré. Alors, j'ai pensé et j'ai décidé de te chercher tout seul, sans demander l'aide de personne. Mais par où je devais continuer ? Peut-être par la ville de Msida. J'avais d’ailleurs ton ancienne adresse : The Beaulieu. M. Bella Street. Je savais que tu avais habité là, il y a longtemps. Peut-être que ceux qui habitent là maintenant se souvenaient de toi, gardaient des contacts, savaient où était Nirvana - c'est à ça que je pensais en prenant la route pour trouver ton ancienne maison.

J'ai pris l'autobus et je me suis arrêté dans cette petite ville, qui se trouvait juste dix kilomètres loin de St. Julian’s. Ce jour là il pleuvait, le ciel était gris et la mer avait perdu sa couleur bleue. La petite ville avait un air très triste et désert. Dans un croisement, j'ai demandé à une femme en uniforme de police, mais elle m'a dit qu’elle n'avait jamais entendu le nom de cette rue M. Beaulieu Street. Ne te déçois pas, continue à la chercher ! – me suis-je dit, en me donnant un peu de courage et espoir.

Ensuite, j'ai rencontré un jeune garçon lequel, heureusement, habitait justement dans cette rue. En marchant avec lui, après quelques minutes, on est arrivé devant ton ancienne maison. En haut, sur le mur, j'ai vu une plaque en céramique portant le nom The Beaulieu. Bizarre ! Le nom de ta maison était toujours là, à droite, de l'escalier. Je suis monté sur une véranda et j’ai sonné. Personne n'a pas répondu. Le jeune qui avait accompli son "devoir" est parti en me saluant gentiment. Et, moi, je lui dis :

- De toute façon, j'attends un petit peu ! Qui sait ? Le propriétaire de cette maison arrivera peut-être.

Et ça s’est passé comme je l'avais prévu : après cinq minutes, un tout-terrain s’est arrêté en face de la maison. Une belle dame accompagnée d'un homme, peut-être son mari, sont descendus et se sont dirigés vers l'entrée de Beaulieu. Je les ai salué et puis, je me suis présenté et j'ai demandé gentiment, s'ils savaient quelque chose sur toi.

- Entre, entre ! - m'a invité la dame avec un beau sourire, elle avait un accent et un air plutôt anglaise que maltaise, en ajoutant : 

- Donc, tu cherches Nirvana ?... Mais elle n’habite plus ici. Ils nous ont vendu la maison, plusieurs années auparavant et, nous l'avons achetée. Tu connais Eduard, son mari ? ... C'est un homme gentil !...

- Non, madame ! De visage je ne connais personne ! C’est exactement pour ça que je suis venu à Malte. Pour les rencontrer. Vous savez où ils habitent maintenant, peut-être ? ...

- Ah, désolé, je ne sais pas ! - répondit la dame - Mais, de toute façon, je vais voir. Attends un peu ! Jusqu'il y a quelque temps, j'avais leur adresse et aussi leur numéro de téléphone. Je l'avais écrit sur un vieux répertoire que maintenant je ne l'utilise plus...

- Si tu arrives à le trouver, je te serais très reconnaissant ! - répondis-je avec l'espoir que cette fois c'était la bonne.

La dame s’est éloignée un peu, en cherchant dans une bibliothèque sur le côté et ensuite, portant un vieux répertoire en main, a commencé à le feuilleter, et tout d’un coup m'a dit :

- T'as de la chance ! Voilà, tu vois ? Je vois ici le numéro de téléphone de Nirvana et même son adresse. Espérons qu'ils n’en ont pas changé...

Elle a pris le combiné du téléphone et t'a appelée. Assise devant moi, sur une chaise de paille, avec une douce voix et un beau sourire sur le visage. Tu étais chez toi. Elle t'a dit quelques mots en maltais et ensuite elle m'a passé l'écouteur. Et là, après un instant, j'ai senti ta voix. C'était toi ! Et, tout à coup, je me suis figé en écoutant tes mots et ta voix. Tu parlais en exprimant un état d'esprit nerveux, colérique, cynique, impitoyable !

Ce n'était pas une voix, mais une explosion de rage. Rage de Zeus. C'était toi et, en même temps, une personne que je ne connaissais pas. Imagine ! C'était le premier contact avec toi. Un contact à distance. Hélas, brutal et inattendu ! C'était la voix d'une personne, pour laquelle je me trouvais à Malte, dans cette petite île qui pour moi était comme un beau rêve ! Là, où habitait une fille que j'ai tant aimée et, maintenant, une femme que j'imaginais agréable, douce et accessible. Presque un ange !

Quelle grande désillusion !

Je n’en croyais pas mes oreilles. Vraiment, était-toi dans l'écouteur téléphonique ? Toi, avec ce "fleuve" de mots amers et brutaux qui sortait de ta bouche ? Et, tout d’un coup, je me suis dit : Ce n'est pas Nirvana ! Ce n'est pas possible, que tu te comportes ainsi : comme si j'étais un homme inconnu ou pire encore : un délinquant. Comme si j'étais ton ennemi juré. Je me sentais comme frappé par la foudre ! Tu te rappelles ? Tu parlais et tu écoutais sans t'interrompre. Et, à la fin, je t'avais dit seulement deux mots :

- Pourquoi, Nirvana, tu me parles comme ça ? ... Je ne t'ai fait aucun mal...

En raccrochant le téléphone, je ne sais pas comment j'ai trouvé le temps d’écrire, sur un morceau de papier, ton numéro de téléphone et ton adresse. ( Au moins de ce voyage, je n'étais pas complètement perdant. J'avais gagné quelque chose : tes coordonnées. Ensuite, en remerciant les maîtres de maison, je suis sorti hors de Beaulieu. J’ai marché devant moi, dans une rue vide, avec un regard flou et perdu. Je me sentais comme si le ciel m’était tombé sur la tête ! Je me sentais écrasé, démobilisé, sans forces et, en même temps, très humilié et offensé.

Pourquoi ?... Pourquoi ?... Je ne méritais pas cette fin d’histoire. Cette réaction inattendue, si agressive et offensive. Non, c'était trop ! Je ne réussissais pas à le croire ! Cette femme, était vraiment Nirvana ou quelqu'un d’autre ? Où m’étais-je trompé ? C'était vraiment pour elle, que j'avais fait un voyage si long ? C'était elle mon amour de jeunesse ? La fille de mes lettres ? Et aussi de tes lettres, si sincères et pleines de sentiments tendres ?

Hélas, oui ! C'était toi !...

Et ça, c'était aussi la fin d'un rêve !

… Encore maintenant, alors que je t'écris ces lignes, je n’arrive pas à comprendre pourquoi, tu as été si brutale, tellement alarmée et prise de panique ? Pourquoi, as-tu eu peur et pourquoi, as-tu été extrêmement agitée et anxieuse ? Du fait que je me trouvais à Malte ? Et, pourquoi cette inquiétude a disparu suite à mon départ de l'île ? Parce que tu n'as pas voulu être là, absolument pas ? Tu trouvais ça dangereux ? Et pour quelle raison ? Et puis, d’où venait cette rage, cette haine cachée en fond de toi, dans ton âme ? Haine, envie de vengeance, réaction causée par le fait que tu étais déjà mariée et moi je venais à te déranger ? Tu avais peur de ton mari ? C’est un homme aveuglement jaloux ? Non ? Alors, pourquoi ? ... Tu répondras à mes questions calmement, peut-être : Non, ce n'est rien de tout ce que tu me dis ! C'est simplement le fait que je n’ai pas voulu et je ne veux pas te rencontrer ! Je ne veux pas et ça suffit ! Je ne veux plus jamais entendre parler de toi. Je m’en fous de ton existence ! D'accord ?

- Mais, pourquoi ? - je te demande - Parce que, maintenant tu as une autre vie ? Parce qu’il n'est pas possible d'avoir un ami en tant que mariée ? Mais, avoir un ami, ce n'est pas un adultère, Nirvana !

En lisant ces lignes, tu peux dire tous ce que tu veux. Surtout te justifier avec des négations sans arguments. C'est plus facile ! Cependant, Nirvana, tu dois savoir que : ce n'est pas humain d'agir comme ça. Ce n'est pas juste, ce n'est pas civil, ce n'est pas gentil. Elle n'est pas même conforme à ta religion. Tu te souviens ? Anne, ta sœur, elle a donné sa vie pour sauver les autres. Pourquoi ? Parce qu’elle aimait les gens. Et toi ? Tu aimes les gens ou bien tu sens de la haine contre eux ou c'est seulement ta vie privée qui t'intéresse ? Seulement ton existence, ton égoïsme ? ).

Ensuite, en posant ce genre de raisonnement, me sont revenus en tête tes mots pendant que tu me parlais au téléphone, exactement ceux-là :

a) je ne veux pas te voir b) tu as violé ma vie privée c) les choses que tu fais c’est du harcèlement... Tu as presque dit aussi : maintenant, je vais tout de suite au tribunal pour y déposer une plainte contre toi. Alors, écoute, je vais te parler, je vais t’expliquer. Pour le premier point je suis "d'accord". En fait, c'est toi qui décides si tu veux ou ne veux pas voir ou rencontrer une personne. Pour la seconde question, c'est totalement faux. Qu'appelles-tu violation de la vie privée ? Parce que je t'avais envoyé deux ou trois courriers à l’ancienne adresse de Sliema ? Parce que je t'avais envoyé de temps en temps des cartes de vœux, pour toi et ta famille, à l'occasion des fêtes de Noël et Nouvel An ? Parce que je t'avais informé gentiment, par courrier, sur moi et ma vie ?

Tu, t'en fous de celles-là ? OK ! Cependant, excuse-moi, toujours j'ai pensé avoir à faire avec une personne cultivée et éduquée, émancipée et gentille. Et, enfin, tu m'as accusé de harcèlement. Mon Dieu, tu as dit ça ? Harcèlement ?! Tu considères harcèlement, le fait qu’un ami à moi t'avait téléphoné pour te dire que je me trouvais à Malte ? Et que je voulais te rencontrer ? Tu sais que j’étais obligé de faire ça car, je n'avais aucune de tes coordonnées et lui, l’ami Alfred, c’était le seul qui pouvait m’aider pour mes recherches ? ...

Non, non !

Tu te trompes, ceci n'était pas du harcèlement !...

… Il restait encore quatre jours avant de prendre l'avion, pour m’en aller de là, partir, abandonner Malte. Alors que je voulais partir à l'instant. Il n’y avait aucun sens de rester plus longtemps. Alors, très vite, j'ai cherché à changer de vol et à partir avant, même ce jour là. Mais, c'était impossible ! Je me sentais vraiment mal. Qu’est-ce que je pouvais faire dans cette île à laquelle me tenait liés seulement ton souvenir et toi ?...

Ce jour là, c’était lundi et je devais attendre jusqu’à jeudi pour prendre le vol du retour en France. Des jours très longs ! Mais surtout, des nuits sans fin. Des nuits passées devant la mer à St. Julian's. Dans un bar. Justement en face de mon hôtel Miramare. Là, j’ai passé des heures et des heures, assis sur un banc a côté d’une église, éclairée d'une lumière jaune, couleur d'or. Je regardais les gens autour de moi. J’écoutais leur langue. C'était étrange ! Parfois il me semblait que je me trouvais dans un pays arabe, parfois dans une île de Grèce, parfois dans la campagne, au sud de l'Italie...

Le jour suivant, finalement, j'ai décidé de me sortir de cette atmosphère de deuil. Pourquoi pas ne pas "découvrir" ton île et m'éloigner un peu de ces mauvaises idées ? Cette île qui, pendant les sept nuits que j'avais passées à St. Julian's, faisait partie de ma déception que tu avais provoquée. Cette île qui me donnait d'ailleurs un étrange sentiment. Quoi ? De temps en temps, il me semblait que l'île pouvait couler d'un instant à l'autre là, dessous, dans les abîmes de la mer. Sincèrement, cette mer qui m'entourait partout et se perdait dans un horizon sans fin et aussi, l'idée d'être un solitaire sur des rochers comme Robinson Crusoë - un solitaire sur l'île, me donnait un profond sentiment d'anxiété. Tout, autour de moi, me semblait extrêmement fragile et provisoire. Tellement fragile qu’il suffisait un faible tremblement de terre pour disparaître en un rien de temps. C'était un sentiment étrange mais vrai...

Je regardais autour de moi. La terre de l'île était sèche et sans trace de vert. Une plate surface. Lopins de terrain pleins de murs secs, cailloux et figues d'Inde. Des belles structures touristiques, mais à l'intérieur du pays, tout était dans un état lamentable. Terres abandonnées. Une agriculture inexistante. Manquaient même les oliviers. Bizarre, non ? Comment est-ce possible, dans un pays méditerranéen, que ne soient pas cultivés les oliviers ? Cet arbre de Bien-être et de Paix ? Et ensuite, cette côte rocheuse, tant difficile pour les baigneurs. Parler de tourisme et des gens qui la gèrent ? Les touristes que j’avais contactés avaient l'air mécontents. Sur l’île manquait la gentillesse. Et ensuite, Valeta, la capitale maltaise où la propreté laissait trop à désirer.

Dans la capitale, j'ai connu deux maltais qui m'ont parlé de la vie chez vous, organisée généralement en clans familiaux comme dans l'île voisine, la Sicile. Ils m’ont raconté que, presque tout ce que l'île consommait arrivait, importé de la terre la plus proche : l'Italie, y compris même le mode de vie, la mentalité, la gestion du commerce et la... loi du silence. Ils m'avaient confessé aussi le rôle et l'importance de l'église dans la vie de ce pays. Sur la crise de l'identité nationale et d'un racisme qui croissait de plus en plus. Dommage, que ces choses se passent dans un pays qui, maintenant, fait partie de l’Europe Unie. Dommage pour un pays où les gens adorent si profondément l'église, Vierge Marie et Jésus Christ !...

L'unique chose que j'ai beaucoup aimée était ta ville natale, Sliema. Chaque après-midi je me promenais dans son "lungomare". Des beaux panoramas et d’excellents hôtels touristiques ! Je regardais souvent la plage rocheuse de Sliema et, je me forçais à t'imaginer, lorsque tu venais là pendant l'été, pour te baigner. Entre temps, il me semblait étrange que depuis cette côte, une nuit, des années et des années auparavant, tu m’aies envoyé un cher embrassement par les vagues de la mer qui rejoignent aussi les côtes de ma ville natale. Tu te rappelles cette nuit ?

Mais, hélas, à l’époque c’était un autre temps.

Autres sentiments.

C’était une autre Nirvana ! ...

                                                     ( suite )

Published by Simbad - dans Prozë
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 09:15
            Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

              Sept nuits à St. Julian's ...

4 ***

 

... Il y a quelque temps, je t'avais téléphonée et nous avons parlé ensemble pendant presque vingt minutes. Et j’ai noté quelque chose qui m’avait impressionné. Ta voix n'était pas comme avant. Rude, menaçante et agressive. Elle vibrait avec une intonation bizarre qui me rappelait quelqu’un qui parlait après avoir longtemps pleuré.

C’est étrange parce que, dans ma lettre écrite à l'hôtel Miramare, je t’avais dis : Adieu ! Et je devais être décidé. Cependant, je crois que cet "adieu" serait lent et prendrait du temps. Entre temps je reviens sur discours que nous avons eu par téléphone. Alors, dis-moi, Nirvana, finalement tu es convaincue que je ne suis ni un délinquant, ni un homme brutal ? Ni un mal éduqué, ni un fou, ni un déséquilibré ? Tu es convaincue que, contacter et discuter avec une personne qui a été ton ami intime pendant de longues d'années, (ou bien un ami de maintenant, c’est une chose normale, non ?), ne représente aucun danger, aucune menace pour ta vie privée ? Autre chose. Dans ce "discours" téléphonique, nous avons même évoqué vaguement le passé, non ?...

Alors, permets-moi de faire une observation, à propos d’une expression que tu as dite pendant cette conversation téléphonique. C'est à propos de la Question de la Fidélité. Nirvana  ! Je désirais bien t’expliquer, sincèrement et sans aucune réserve, quelque chose de très important. Notre amitié, (en fait, c’était plus qu'une amitié) a duré beaucoup d'années et elle était très intime. Cette relation, certainement, sans aucun doute, a été une relation d’amour, non ?! Tout mon cercle familial, parents, frères, ma sœur et même mes amis les plus proches connaissaient nos relations. Je me souviens de ma mère. Lorsque tes lettres arrivaient à la maison, elle me disait avec tant de joie :

- Viens, viens ! Une lettre de ta Nirvana est arrivée !...

Entre nous, existait-il vraiment, un sentiment d’amour ?... Sûrement !... De ta part et de ma part. Or, en sachant que mes lettres étaient contrôlées, je faisais très attention à leurs sujets. J'étais forcé de choisir mes phrases et d’écrire avec la langue d’Esope. Cependant, j’étais heureux de ton existence. De tes lettres. De tes photos. De tes mots. J'avais les mêmes sentiments pour toi. Tu sais ? Si je vivais une autre situation, dans un autre pays, notre amour aurait eu une autre dimension et une autre fin. Tu serais mon unique amour de toujours. De toute ma vie…

Cette chose aurait été merveilleuse, car je t'adorais et, pour moi tu étais la créature la plus belle du monde. Tu étais si douce, si tendre, si gentille, si sincère et sympathique. Mais, dans ces conditions, dans la réalité où je vivais, il était impossible de réaliser cette merveille. La réalité ne le permettait pas. Voilà pourquoi, j'étais content, même à rêver ! Pourquoi je dis : rêver ? Toi, peut-être tu ne me comprendras jamais, ou bien tu ne veux pas me comprendre, mais à l'époque, il suffisait que je t’écrive, que j'écrive à quelqu'un de l'étranger pour être surveillé par le regard caché de la police secrète ( sigurimi ).

Donc, dans cette réalité c’était dur, assombri, triste, désespéré, sans aucun espoir et voie de sortie. Devant moi existaient deux alternatives : ou venir te rejoindre pour être unis pour toujours ou mourir dans ce pays - prison, victime d'un destin que je n'avais pas choisi. Mais, pour venir chez toi, je devais faire une action extrêmement dangereuse, c'est-à-dire fuir, passer clandestinement la frontière du pays. Donc, j'avais une seule alternative : vivre ou mourir. Ou mieux dire mourir parce que, le peu de ceux qui avaient essayé de mettre en œuvre cette action, c’est à dire fuir, étaient tombés tous morts, morts sous les rafales du kalachnikov.

La frontière était surveillée par des milliers et milliers de soldats qui faisaient la garde, jours et nuits. Elle était partout entourée de bunkers et fils barbelés. Et ensuite, chère Nirvana, même si j'arrivais à fuir, passer la frontière, disons vers Grèce, sais-tu ce qui attendait ma famille ? Tous auraient été internés à la campagne aux travaux forcés. Torturés et humiliés. En affrontant de terribles souffrances et une profonde misère. Parce qu’à l'époque, c’était comme ça : si quelqu'un fuyait de la frontière, c’était les siens qui le payaient très cher : les parents, frères, sœurs. Tous étaient déportés pour le reste de leur vie. Je ne sais pas, Nirvana, si tu as été au courant de ce qui se passait dans les pays de l'Est, pire encore en Albanie, qui est restée fidèle à l'idéologie marxiste et au "camarade Staline", jusqu’à la fin des années '90...

Dans ces conditions, que pouvais-je faire ?... Un jeune, fragile et rêveur ?... D'une par c'était toi, mon unique et grand amour. D'autre part, c'était la mort ou, si j'arrivais à passer la frontière, la catastrophe pour ma famille. Ensuite, je te confesse même que j'étais convaincu que le régime ne tomberait jamais. C'est à dire, je résonnais et je me disais que pour ma malchance, je vivrais pour toujours dans un pays communiste, méchant et oppressif, isolé comme une prison, sans la liberté minimum. Un régime qui ne changerait jamais. Et, j'étais condamné à mourir dans ce pays. Par conséquent, dans un mode ou bien dans un autre, même notre amour était condamné à mort. Désespérément et tragiquement ! …

C’était la vraie et la cruelle réalité !... Lorsque, avec les ans qui passaient, j'ai été convaincu que je n'avais pas absolument pas d’autre voie de sortie, lorsque désespérément je suis arrivé à comprendre que cet amour était beau et sacré mais, en même temps impossible à être réalisé, donc un rêve, un mirage alors, tragiquement, j'ai décidé de me marier. J'avais 27 ans. Aimer ! T’épouser, oui, c'était une chose divine et une merveille. Mais, je répète, la réalité où je vivais, ne me donnait aucun espoir. Mission impossible !... Voilà, c'est la vraie histoire du manque de ma Fidélité …

Les choses doivent être racontées comme elles se sont passées, n'est-ce pas ? Honnêtement, objectivement, sincèrement et sans complexe. Il n'y a pas de place pour l’hypocrisie et la mythologie. Maintenant, chacun de nous a fait sa vie. Cependant, à l'époque de laquelle je te parle, la réalité était comme ça et je ne pouvais pas la changer. Et, toi ?... Tu savais que cette réalité existait ? Que le monde était divisé en deux : l'Occident et les pays de l'Est. Et, entre les deux, il y avait un "rideau de fer " ?

C'était pour cette raison, pour raconter ce calvaire que j'ai survécu, que j'ai écrit ce livre que je t'envoie qui s'intitule : "Post-scriptum sur la dictature ". Vraiment, pour te dire que, pour moi, c'était une : Mission Impossible et pas Manque de Fidélité ! Regarde ! Sur la première page de ce livre, il y a une dédicace : "À mes amis" (Miqve té mi). Et, entre ceux-ci, sais-tu que le premier d’entre eux c’est toi ? …

Destin tragique ! 

***

 

 

... En ce qui concerne la notre correspondance, sans doute qu’elle a laissé de profondes traces sur moi. Tu étais mon premier amour. J'étais jeune. Plein de rêves, grands sentiments et beaux projets. Avec un profil poétique et romantique. C'était le temps de formation du caractère, de la connaissance et de la personnalité. Pour moi, comme pour toi, comme pour tous les jeunes de cet âge. (Voilà pourquoi je t'avais "reconstruit" dans mon âme, comme une personne idéale, parfaite et en même temps, accompagnée d'un fort souvenir que je ne voudrais jamais perdre). Ceux qui étaient autour de moi ne me comprenaient pas. L'échange de lettres avec toi, c'était vu comme un acte de trahison envers la patrie, envers l'idéologie communiste. Voici, je te raconte un épisode. Le beau-père de mon frère, Antonio, un haut officier de l'armée, me disait souvent :

- Écoute, garçon ! Tu dois arrêter d’écrire à cette fille de Malte ! Et, attention, je te le dis pour la dernière fois ! ...

Même mon frère me disait la même chose :

- Arrête d’écrire, Simbad ! Tu vas tous nous mettre en prison. Ce que tu fais est très dangereux pour nous tous ...

Et pourquoi?...

Entre autre, beaucoup d'années après, justement quand je suis arrivé en France, j'ai lu un livre qui racontait que, pendant les années 50 (début d’années 60), dans des camps spéciaux d'entraînement à Malte, étaient préparés certains commandos de réfugies albanais (échappés d'Albanie après la deuxième guerre mondiale) qui ensuite, ont débarqué par le ciel en parachute, pour renverser le régime communiste albanais. Un autre "petit détail". Si je ne me trompe, en 1977 lorsque je travaillais pour la télévision, la police secrète m'a appelé à et m'a menacé : Toi, écoute ! D’aujourd’hui tu dois arrêter d’envoyer des courriers à Malte. Autrement, non seulement tu seras licencié de ton travail mais il y aura, en plus, de graves conséquences pour toi et ta famille ...

( Après la chute du communisme, j'ai su par un mouchard de l'ancien régime qu’en 1973 exactement, la police secrète avait ouvert un dossier spécial sur ma personne, en provoquant la méfiance du régime même si j'étais un journaliste connu et très préparé du point de vue professionnel. Et, comme ça, j'étais forcé d’arrêter de t'écrire. À cette époque, si tu te rappelles, tu m'avais envoyé un petit paquet. Un cadeau. Et sais-tu ce qui s'était passé ? J'avais été appelé au bureau de poste et là, ils m'ont ordonné : Fais une déclaration par laquelle tu refuse de recevoir ce paquet et mets ta signature ici... Et j'ai signé et le paquet et retourné à ton adresse.)

Après l'année 1977, après que je me sois marié, j'étais à peu près conscient de ton état d'âme, ta déception, ta désolation et même de ta révolte intérieure. Mais, crois-moi, ce n'était pas possible. Toi, Nirvana, je le répète, sans doute, toi, tu as eu l'occasion de lire ou de voir à la TV quelle était l'histoire tragique de ce pays communiste où j'ai eu la malchance de naître et de vivre. Si tu arrives à le comprendre, peut-être, tu me pardonneras et me donneras raison.

Au moins, c'est comme ça que je pense !…

 

***

... Mais, je vois que tu ne connais bien ces circonstances, ce cadre historique. Autrement, tu ne m’aurais pas dit au téléphone :

- C'était toi qui as cherché à m'écrire en premier, ce n'était pas moi !

C'est-à-dire, avec d'autres mots : je n'entre pas dans les histoires que tu me racontes ? C'était justement toi-même qui t'es créée problème pour toi-même, ce n'était pas moi. Si tu as été trompé, c'était normal que tu en payes les conséquences !). Peut-être as-tu raison mais, cependant, tu dois comprendre (si tu peux, parce que pour toi c’est très difficile, vu que tu as vécu dans une autre société), tu dois comprendre le monde, l'état d'âme, les sentiments et les rêves d'un jeune comme moi. Je voulais voir d’autres horizons que ceux que m’offrait le régime de cette époque. Je voulais être libre. Tu me comprends ? Libre !...

Je lisais beaucoup de littérature et, pour moi, le monde devait être différent de ce que je regardais autour de moi : plus heureux, libre et sans frontières. Au début, quand j'étais très jeune, peut-être, je croyais à la nouvelle société qui se construisait dans mon pays. Mais, petit à petit, j'avais commencé à comprendre que la réalité où je vivais, n'était pas juste et égale pour tous. Que la propagande et le mensonge déformaient tout ! Que la vie que nous avions était pleine de mensonges ! Pauvre, médiocre, fausse et sans idéaux. Que je vivais dans un monde où il n'était pas possible de respirer comme je voulais et, j'avais besoin d'air pour survivre. Et c'était vraiment exactement ça en ce temps, lorsque j'étais étudiant, quand mes yeux sont "ouverts" et j'ai voulu voir et sentir d’autres choses. Découvrir le monde, ouvrir une "fenêtre" pour voir ce qui se que passait au-delà de nous. Ce monde qui m'entourait, était trop étroit et petit pour moi ...

J'avais envie d'air pour ne pas étouffer et cet "air" frais et pur, c'était toi ! Il venait de l'île de Malte. Tu connais un peu cette histoire, non ? Par un ami, j'ai pu trouver quelques adresses de certains philatélistes à l'étranger. Je ne sais pas si je m’en rappelle bien : l’un était italien, un autre de Pologne, un de Tchécoslovaquie et le dernier de Malte : Michael Zimerman, ton oncle.

J'ai écrit à tous. Personne ne m'a répondu. Et ensuite, un jour, je vois à l'entrée de la faculté, sur une table où arrivait le courrier des étudiants, une petite enveloppe couleur blanche envoyée par une certaine Nirvana Perri de Malte. Et, c'est comme ça, qu'a commencée cette longue et belle histoire, laquelle a laissé de profondes traces dans ma vie et dans mon âme. Et ensuite, tu sais, la suite de l'histoire, de nos lettres ...

Alors, je reviens encore une fois sur le sujet, en posant cette question : Est-ce que ce sont des histoires qui doivent être oubliées, rayées sans laisser aucune trace, ou bien doivent-elles être rappelées comme exemples, comme expériences de notre vie et même de la vie de l'être humain en général ? Je pense, Nirvana, que si tu réfléchis bien, il ne s'agit pas seulement d'une histoire entre moi et toi, mais d'une histoire dramatique humaine, causée par le fait que le monde est brutal, que les idéologies divisent les gens et les destins, que ce qui s'est passé, je ne souhaite jamais que ce soit répété pour l'humanité entière, pour nos fils, pour aucune autre personne. Donc, même s’il s'agit d'une expérience personnelle, nous pouvons tirer des leçons sur la vie, sur les hommes, sur leurs sentiments, sur la philosophie humaine. C’est très important, à mon avis !...

Un sujet très intéressant pour écrire un livre, n'est pas ?...

                                                              ( suite )

Published by Simbad - dans Prozë
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 09:10

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

( Photo - Simbad ) 

        Sept nuits à St. Julian's ...

 

 

5 * * *

 

Une autre question !... Comment tu expliques, Nirvana, mon comportement, mon attitude, mes gestes, mes actions, les choses que j'ai faites pendant ces années qui sont passées à propos de mon insistance à ne pas te perdre, à ne pas interrompre définitivement le contact avec toi ? Un défaut ? Question d'un éternel rêveur ? D'une personne, qui vit avec le passé ? Une obsession ?... Folie ! Ou tu as pensé le contraire : quelle énergie, quelle force, quel homme décidé, quel singularité de caractère et de sentiment représente l’âme de Simbad ?!…

En ce qui me concerne, l'unique motivation pour ce que j'ai fait a été inspirée de l'idée de ne pas avoir accompli quelque chose que je devais faire à tout prix. D'avoir perdu une personne très chère. De n’avoir jamais eu la possibilité de mettre, devant moi réellement, Nirvana Perri - la chère et douce fille de mes lettres, de mes rêves et, Nirvana Murg - la femme d'aujourd'hui, une créature lointaine et méconnue. ( Peut-être même "mystérieuse", du fait que tu as refusé et toujours nié, catégoriquement et sévèrement, chaque tentative de ma part pour entamer un simple et modeste contact ). C'est-à-dire te voir et t’affronter, dans le passé et dans le présent.

Tu sais ?... La vérité consiste à ce qu’en moi, peut-être, il y a eu un sentiment de culpabilité. Un tel sentiment comme si je t'avais trahi. Ne pas avoir tenu la parole donnée. Et, ensuite, sûrement, il y a eu aussi d’autres choses : cette spécificité de ma personnalité, quelques fois romantique et poétique. Quelques fois avec le profil d'un écrivain lequel, dans les histoires de sa vie, lit un roman. Et, ensuite, cette idée fixe qui était implantée en moi, c'est-à-dire de ne pas te perdre de vue pour toujours. De se rappeler, de temps en temps, d'une chère personne, laquelle en autres circonstances, peut-être, aurait pu être la compagne de ma vie. Et ensuite, et ensuite... Et ensuite, la pensée que, dans cette vie, courte et plein d'injustice, nous sommes tous des passagers et il n'y a toujours le temps pour réparer nos péchés et, si nous voulons faire quelque chose, nous devrions le faire maintenant, sans hésitations et d’une manière très généreuse et gentille.

Et toi, qu'est ce que tu penses ?...

Ce sont des idées humaines, positives, normales, ou non ?...

 

* * *

Enfin, qu'est-ce que je te demande ?!...

Rien !

Mais, de toute façon, avec ce "rien", j'aimerais te dire quelque chose. Je voudrais que tu connaisses mes pensées sur Notre Histoire, avoir plus de respect et d’estime pour elle. Je voudrais que tu gardes aussi une bonne impression sur toi et moi, en ce qui concerne cette histoire. Donc, garder un souvenir qui t'inspirera le respect et le bon comportement. Et aussi, comprendre ce qui s’était passé avec moi dans le passé et ce qui se passe dans le présent. Etre plus profonde et plus consciente de cette relation. Avoir une vision plus large sur la "conception du monde". Penser et agir, en tant que femme, libre et civilisée. Sensible et généreuse. Moins indifférente et agressive. Voir encore une fois ta position face à ce puritanisme catholique qui, à Malte, est beaucoup présent. Voilà, ce que je te demande ! Si tu ne peux pas, excuse-moi pour ce dérangement. Tu es libre de continuer à vivre dans ton petit monde et, si tu peux avoir une petite pensée pour moi, je te serais reconnaissant ...

Pourquoi je t'écris cette très longue "lettre" ?... Pourquoi je t'envoie mon livre ?... Certes, il y a une raison. Cependant, sache que je ne t'ai pas écrit pour toucher ton âme, pour réveiller ta pitié. Même pas pour que tu me répondes (peut-être as-tu même oublié d’écrire). Je t'écris pour te dire que cette histoire n'est pas inventée, mais qu’elle est vraie. Qu’à propos de notre relation il ne s'agit pas d'un hasard, de quelque chose qui appartienne au passé, comme tu m'avais dit au téléphone. Elle n'appartient pas au passé parce que : "j'avais envoyé une lettre à ton oncle philatéliste à Valeta" et, ensuite toi, tu as eu mon adresse par lui. Tu m'as écrit et comme ça nous avons échangé quelques lettres et " c'est tout… rien de spécial… ça c'était tout ! "

Donc, un jeu.

Un caprice de jeunesse.

Rien de plus !...

Je t'écris cette lettre pour te dire qu'il ne s'agit pas ni de Causalité, ni d'Infidélité, mais d'Impossibilité ! Je t'écris pour te dire que j'existe, que je suis vivant, que je suis là. Que tu as été une personne très chère pour moi ! Et les chers sentiments et souvenirs ne peuvent pas être oubliés. Maintenant, je sais qu’après la lecture de cette lettre, tu jetteras tout ce que je t'envoie dans une poubelle. Que pour toi, ce que je raconte n'a aucune importance car ça n'existe pas. Cependant, tu dois savoir que dans ce pauvre et absurde monde, chaque jour il y a des histoires comme les nôtres qui parfois finissent avec un Happy End et, parfois hélas, finissent tristement et pire encore, tragiquement:

Pour chacun d’eux on peut écrire un roman, non ?!

 

 

                                                                FIN

 

Bordeaux - novembre 2004

Published by Simbad - dans Prozë
commenter cet article